Les nouvelles réglementations thermiques et l’immobilier : impact et enjeux pour le secteur


Face aux enjeux environnementaux et à la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre, les réglementations thermiques évoluent constamment. Dans le secteur immobilier, ces normes représentent un enjeu majeur, tant pour les professionnels que pour les particuliers. Dans cet article, nous passerons en revue les principales nouveautés des réglementations thermiques et leur impact sur l’immobilier.

Les réglementations thermiques : un cadre légal évolutif

Les réglementations thermiques ont pour objectif d’améliorer la performance énergétique des bâtiments neufs et existants. Ainsi, elles imposent un certain niveau d’efficacité énergétique à respecter lors de la construction ou de la rénovation. Depuis la première réglementation thermique (RT) mise en place en 1974, plusieurs versions se sont succédées pour faire face aux défis énergétiques et climatiques.

La dernière en date, la RT 2012, a été introduite suite au Grenelle de l’environnement et impose une consommation maximale d’énergie primaire de 50 kWhEP/m².an. Elle concerne tous les bâtiments neufs à usage d’habitation ou professionnel.

L’arrivée prochaine de la RE2020

Dans une volonté de renforcer encore davantage les exigences énergétiques des bâtiments, le gouvernement français prépare actuellement la nouvelle réglementation thermique : la RE2020 (Réglementation Environnementale 2020). Initialement prévue pour entrer en vigueur début 2021, elle a été repoussée à janvier 2022 pour tenir compte des retours d’expérience des professionnels et des effets de la crise sanitaire.

La RE2020 se veut plus ambitieuse que la RT 2012 et vise notamment à réduire l’empreinte carbone des bâtiments neufs tout au long de leur cycle de vie. Elle s’appuie sur trois piliers principaux : l’énergie, le carbone et l’adaptation aux conditions climatiques. Parmi les principales nouveautés, on peut citer :

  • L’introduction d’un seuil maximal d’émissions de gaz à effet de serre liées à la construction, aux matériaux et aux équipements ;
  • L’incitation à utiliser davantage de matériaux biosourcés et locaux dans la construction ;
  • L’obligation d’intégrer des énergies renouvelables pour couvrir une partie des besoins énergétiques du bâtiment ;
  • La prise en compte du confort d’été et du risque de surchauffe dans les logements.

L’impact de ces nouvelles normes sur l’immobilier

Pour les acteurs du secteur immobilier, ces nouvelles réglementations représentent un véritable défi technique et financier. En effet, elles impliquent de repenser les méthodes de construction et de rénovation, afin d’atteindre des niveaux de performance énergétique et environnementale toujours plus élevés.

Cela peut se traduire par des coûts de construction supérieurs pour les promoteurs immobiliers, et donc un impact sur le prix de vente des logements neufs. Toutefois, ces surcoûts sont généralement compensés par les économies d’énergie réalisées par les occupants grâce à une meilleure isolation thermique, à l’installation d’équipements performants et à la production d’énergies renouvelables.

Pour les particuliers qui souhaitent acheter ou vendre un bien immobilier, il est important de prendre en compte ces nouvelles réglementations. En effet, un logement respectant la RE2020 offrira un meilleur confort de vie, des économies d’énergie significatives et une meilleure valorisation patrimoniale à long terme.

Les aides financières pour soutenir la transition énergétique

Afin d’accompagner les professionnels et les particuliers dans cette transition énergétique, plusieurs dispositifs d’aide financière existent pour encourager la rénovation énergétique des bâtiments existants et la construction de bâtiments neufs performants. Parmi eux, on peut citer :

  • Le dispositif MaPrimeRénov’, qui permet aux ménages aux revenus modestes de bénéficier d’une aide financière pour réaliser des travaux de rénovation énergétique ;
  • L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ), qui finance une partie des travaux de rénovation énergétique sans intérêt ;
  • Les aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah) pour la réalisation de travaux d’amélioration énergétique.

En conclusion, les nouvelles réglementations thermiques et environnementales, telles que la RE2020, constituent un enjeu majeur pour le secteur immobilier. Elles représentent à la fois un défi technique et financier pour les professionnels, mais aussi une opportunité pour les particuliers d’accéder à des logements plus confortables, économes en énergie et respectueux de l’environnement. Les dispositifs d’aide financière mis en place par l’État permettent d’accompagner cette transition vers un parc immobilier plus durable.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *